Un portrait d’abbé pour les 900 ans de l’ordre des Prémontrés

A l’occasion de l’anniversaire des 900 ans de l’ordre de Prémontré, on vous propose de découvrir un tableau de l’église Saint-Montain actuellement en dépôt au musée Jeanne d’Aboville !

Il s’agit d’un portrait de l’abbé Guillaume Manoury, qui fut abbé général de l’ordre des Prémontrés de 1769 à 1780. Si l’on sait peu de choses sur cet abbé, la Biographie universelle de Louis Gabriel Michaud indique que Guillaume Manoury, né à Elbeuf, cinquante-sixième abbé de Prémontré, mort à Paris, le 18 juillet 1780, à l’âge de 60 ans, était un homme instruit et d’un jugement exquis. 

Ce type de portait s’inscrit dans la tradition d’établir des galeries, souvent au sein de la salle du Chapitre où les abbés sont représentés avec leur prédécesseurs pour marquer la continuité du pouvoir et l’ancienneté de l’Ordre. Le portrait de l’abbé Manoury témoigne d’une volonté double : insister sur la dignité de la charge et mettre en valeur son érudition. La tenue de l’abbé se compose de matières précieuses, blanches à l’image de l’habit traditionnel de l’Ordre, avec une tunique de dentelle et un camail (pèlerine couvrant le torse) doublé de soie. Son autorité est marquée par les insignes de sa charge : une croix pectorale accrochée à un col de soie et l’anneau pastoral, qui servait à sceller d’un cachet des courriers adressés par l’abbé. Au XVIIIe siècle, cet accessoire était devenu plus symbolique qu’utilitaire, mais notre portrait montre encore son usage avec une lettre cachetée posée devant l’abbé. La présence d’un livre, de lettres et d’un encrier vise à mettre en valeur les activités intellectuelles auxquelles se livrent Guillaume Manoury, qui semble interrompu dans sa lecture.

On trouve également un portrait similaire, sans doute une copie de notre version, conservé au Musée d’Art et d’Archéologie du Pays de Laon, témoignant de l’importance de cet ordre religieux dans le paysage local. En effet, c’est en 1120 que l’évêque de Laon, Barthélemy de Jur donne à Norbert de Xanten un terrain dans la forêt de Voas (aujourd’hui la forêt de Saint-Gobain) au lieu-dit Presmontré pour y fonder une abbaye. Norbert y installe une communauté de chanoines réguliers, soumis à la règle de saint Augustin. Plus tard, ces chanoines réguliers seront appelés Prémontrés ou Norbertins.
Les prémontrés ont une double mission : l’apostolat, en tant que clercs, c’est-à-dire l’action auprès des fidèles dans les paroisses, et l’Office divin, comme les moines. Cette double mission répond à la devise augustine sanctitatem et clericatum (de sainteté et d’apostolat). Ils sont parfois considérés comme des précurseurs des ordres mendiants.

16 avril 1755, une portraitiste est née…

Le 16 avril 1755 naissait à Paris Louise-Élisabeth Vigée, fille de Louis Vigée, pastelliste, et promise à un grand avenir. Dès ses six ans, son talent précoce pour le dessin s’exprime : dans ses cahiers, sur les murs du couvent où elle reçoit son éducation. C’est à cette époque que Louis Vigée s’extasie un jour devant un dessin d’homme barbu de sa petite fille prodige. Il prophétise dès lors qu’elle sera peintre.

Louise Élisabeth Vigée Le Brun, Autoportrait de 1790 (Florence, Corridor de Vasari)

Après le décès de son père, Gabriel-François Doyen, ami de la famille encourage Elisabeth à persévérer dans le pastel et dans l’huile ; conseil qu’elle suivra et deviendra la plus grande portraitiste de son temps, souvent comparée à Quentin de La Tour ou Jean-Baptiste Greuze.

Son art et sa carrière exceptionnelle en font un témoin privilégié des bouleversements de la fin du XVIIIe siècle, de la Révolution Française et de la Restauration. Fervente royaliste, elle sera successivement peintre de la cour de France, de Marie-Antoinette et de Louis XVI, du Royaume de Naples, de la Cour de l’empereur de Vienne, de l’empereur de Russie et de la Restauration.

Le musée de La Fère possède un portrait réalisé par cette artiste, celui de Madame Adélaïde. Vous pouvez le retrouver sur youtube également.

Portrait de Madame Adélaide par Elisabeth Vigée-Lebrun

Des dix enfants de Louis XV, seulement deux ont survécu à la Révolution : ses filles Adélaïde et Victoire. Ce portrait d’Adelaïde (1732-1800) fut réalisé alors que celle-ci s’était exilée en Italie en 1791, rejoignant l’ancien palais de l’ambassadeur de France au Vatican.

Ce tableau à la fois sobre dans sa composition et rappelant des fastes royaux disparus par la finesse du rendu des étoffes témoigne de l’état d’esprit mélancolique qui devait sans doute habiter son modèle, qui mourra en exil quelques années plus tard à Trieste.

Élisabeth Vigée Le Brun meurt à Paris à son domicile de la rue Saint-Lazare le 30 mars 1842.

Demandez le programme culturel 2021 du musée !

Il était annoncé et le voici  arrivant juste avant Noël.

Vous pouvez télécharger le programme culturel 2021 du musée en cliquant sur l’image ci-dessous :

Ce programme est bien sûr diffusé à titre indicatif et de nombreuses animations sont encore en suspens, contexte sanitaire oblige, nous espérons néanmoins pouvoir vous proposer ce contenu, comprenant de nombreuses animations inédites qui vous feront voir le musée autrement.

Le portait de madame Adélaïde à l’honneur

Pour clôturer la petite série de vidéos YouTube consacrées aux portraits de l’exposition la Peinture dévisagée, on finit avec unE artiste, l’excellente Elisabeth Vigée-Lebrun !
Vous pourrez découvrir dans la vidéo le portrait sensible qu’elle livre de madame Adélaïde, l’une des filles de Louis XV, célèbre dans la région puisque le Chemin des Dames est nommé en référence à elle et sa sœur !
Pour découvrir la vidéo, cliquez le portrait :

Le musée est à présent sur Youtube !

Pour rester en contact avec le musée même pendant le confinement, l’équipe a le plaisir de vous annoncer l’ouverture de sa chaîne Youtube !

Nous allons vous proposer de manière hebdomadaire durant le mois de novembre une vidéo vous dévoilant l’une des peintures présentée dans la cadre de l’exposition “la Peinture dévisagée”, pour en rater aucune de ces vidéos, n’hésitez pas à vous abonner à la chaîne et partager son contenu !

Pour cette première vidéo, on vous propose de découvrir un Portrait de vieille femme, faisant fortement penser à une sorcière de conte de fée… Halloween n’est pas si loin après tout ! Ce tableau est un inédit des réserves, dévoilé exceptionnellement à l’occasion de l’exposition la Peinture dévisagée !

Nous vous demandons votre indulgence concernant la qualité du film, l’équipe du musée est débutante dans ce domaine.

Crédit musique : Silence Await, Analog By Nature

 

La peinture dévisagée, la visite de l’exposition !

L’équipe du musée vous propose de partir à la rencontre de l’exposition la Peinture dévisagée qui revient sur les portraits de la Collection avec plusieurs peintures inédites, puisées dans les réserves.

Les guides, durant cette visite d’une trentaine de minutes, vous feront parcourir l’exposition via les portraits présentés, pour saisir les enjeux du portrait classique et ses mutations. En bonus, si les conditions de conservation le permettent, cette visite sera l’occasion de la présentation exclusive d’un autre inédit des réserves.

 

Infos pratiques :

Ces visites auront lieu les 28 novembre, 19 décembre 2020, 9 et 30 janvier 2021 prochains à 15h. La réservation pour y participer est obligatoire, car le nombre de place est limité.

Entrée : 4€

Port du masque obligatoire durant toute la durée de la visite.

Départ en restauration du portrait de Jeanne d’Aboville

Le portrait de Jeanne d’Aboville qui présentait d’importants problèmes structurels mettant en péril sa conservation, est parti en restauration il y a deux jours.

Les restauratrices Tatiana Ullois et Marie-Paule Barrat vont veiller sur cette vieille dame de plus de  170 ans pour qu’elle puisse revenir au musée en pleine forme !

Retrouvez le reportage vidéo réalisé par France 3  à l’occasion du départ via le lien suivant. Il faudra mettre le journal du 29 septembre, vers 12m40.

La restauration du portrait de Jeanne d’Aboville est intégralement financée par l’Association des amis du Musée Jeanne d’Aboville, n’hésitez pas à rejoindre ses membres en adhérant à l’association via le bulletin d’inscription suivant.

Ateliers dessin animés par l’artiste Pierre Grenier

Ateliers dessin animés par l’artiste Pierre Grenier

17 octobre et 5 décembre 2020 à partir de 14h30

Dans le cadre du programme culturel entourant l’exposition la Peinture dévisagée, les 17 octobre et 5 décembre 2020, l’artiste-peintre Pierre Grenier proposera des ateliers de dessin gratuits sur le thème de l’autoportrait. Les dessinateurs, aguerris ou non, sont invités à se joindre à l’artiste pour expérimenter l’art du portrait de manière ludique. Au-delà de l’enjeu déjà important de la représentation peinte, l’autoportrait offre un point de vue plus intime puisqu’il incite l’artiste à choisir ce qu’il souhaite montrer de lui-même. Pierre Grenier accompagnera les apprentis dessinateurs dans cette démarche en proposant conseils et aide lors de l’élaboration d’un autoportrait, suivi d’une mise en couleur au pastel sec.

Ces ateliers s’effectueront uniquement sur réservation préalable auprès du musée car les places sont très limitées ! Ils sont également gratuits.

 

En bref :

Ateliers les 17 octobre et 5 décembre à partir de 14h30

Durée : environ deux heures

Lieu : musée Jeanne d’Aboville, 5 rue du Général de Gaulle, La Fère

Réservation auprès du musée au 03 23 56 71 91

Gratuit

Portraits de France et de… La Fère, Conférence par Christophe Brouard

Le 24 octobre 2020, Christophe Brouard, historien de l’art spécialiste de l’école italienne et directeur des musées de Soissons, viendra prononcer une conférence sur l’histoire du portrait, au prisme d’exemples empruntés aux collections du musée Jeanne d’Aboville. Lors de cette conférence qui sera suivie d’un temps d’échange avec l’auditoire, Monsieur Brouard explorera la notion de portrait, en s’appuyant sur des tableaux laférois qu’il confrontera à des exemples pris dans d’autres collections. Cette conférence s’inscrit dans le programme entourant l’exposition La Peinture dévisagée, le portrait au musée Jeanne d’Aboville, visible jusqu’au 28 février 2021.

En bref :
La conférence se tiendra à l’espace Drouot, rue des Bigors à La Fère, le 24 octobre 2020 à 17h.
Ouverture des portes à 16h30.
L’entrée est libre dans la limite des places disponibles et le port du masque est obligatoire durant toute la durée de la conférence.