Les Femmes du musée : la visite thématique du 8 mars

Officialisée par les Nations Unies en 1977, la Journée Internationale du Droit des Femmes trouve son origine dans les luttes des ouvrières et suffragettes du début du XXe siècle, pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote.
Fondée par une femme, la comtesse Gabriel-Uranie d’Héricourt de Valincourt au XIXe siècle qui choisit par testament de lui donner le nom de sa mère, le musée Jeanne d’Aboville s’inscrit dans cette manifestation en proposant le 8 mars 2022, une visite thématique sur le thème de la représentation féminine dans les arts. En revenant sur l’utilisation des figures féminines dans les œuvres des différentes écoles, la visite permettra d’avoir un aperçu des enjeux de la représentation des vices et vertus féminins par les peintres concourant à renforcer la vision acceptée par la société.
La visite sera également l’occasion d’évoquer le statut longtemps difficile de la femme-artiste, ou encore du rôle des collectionneuses et du mécénat au féminin.
En bref :
Visites guidées thématiques “Les Femmes du musée”
8 mars à 14h et 16h, durée : environ 45mn
Entrée au musée : 4€, exceptionnellement gratuit pour les femmes à cette occasion
Réservation conseillée au 03 23 56 71 91

Un intérieur d’église pour fêter David Émile de Noter

Il y a 131 ans, le peintre David Émile Joseph de Noter s’éteignait à Saint-Eugène (actuelle Bologhine), en Algérie.
Peintre belge naturalisé français, le musée possède de cet artiste un intérieur d’église, représentant la Cathédrale Saint-Bavon à Gand. Fils d’un architecte et petit-fils du peintre Pieter-Frans De Noter (1748-1830), on peut voir dans cette peinture une double influence familiale, dans le goût de l’architecture et celui des scènes flamandes. Son grand-père a également représenté cette cathédrale plusieurs fois.


David de Noter a peint surtout des natures mortes et des scènes d’intérieur.

Retours d’exposition pour des marines de la Collection

le Naufrage de Simon de Vlieger

 

Les peintures de marines prêtées au musée de Bastia pour l’exposition sur les pirates et les corsaires ont réintégré les collections, vous pouvez dès à présent redécouvrir la scène de salve d’honneur de Kasper van Eyck et le Naufrage sur une côte rocheuse de Simon de Vlieger.
Pour la scène de naufrageurs du peintre Lacroix de Marseille, il faudra attendre un peu pour qu’elle réintègre la salle française…

De bonnes résolutions en ce début d’année ?

Et si comme bonne résolution en ce début d’année vous vous inscriviez à la newsletter mensuelle du musée pour ne rater aucune actualité et aucun événement ?

Il suffit de renseigner votre email en cliquant sur l’image ci-dessous !

La newsletter du musée est garantie sans spam et virus ! Votre adresse ne sera pas communiquée à des tiers et vous pouvez vous désinscrire à tout moment !

Si vous preniez le temps de fréquenter d’avantage le musée? Pour cela, rien de plus simple, souscrivez un pass annuel ! En plus de l’entrée illimitée au musée, vous bénéficierez de réduction sur les activités et pourrez faire découvrir le musée à vos amis à tarif préférentiel !

Si vous souhaitez soutenir le musée, n’oubliez pas non plus l’association des Amis du musée Jeanne d’Aboville en y adhérant en ce début d’année ! Vous retrouverez le bulletin de souscription ici.

Détail du mois de janvier : martyre, fils de et modello…

 

Le détail du mois de janvier vous présente un tableau important des collections italiennes, représentant le martyre de Sainte Afre. Ce tableau est l’œuvre de Carlo Caliari (1570-1596), surnommé Carletto, dont l’œuvre n’est pas forcément très familière du grand public à cause de sa courte carrière, et également par le fait qu’il resta dans l’ombre de son père, le célèbre Paolo Caliari, plus connu comme Véronèse.

Le tableau représente Sainte Afre avant son martyr : païenne convertie au Christianisme, elle refuse de sacrifier aux dieux et connaît le martyr sous Dioclétien. Elle est représentée entraînée sur l’échafaud où elle sera décapitée à la suite des Chrétiens qui l’ont converti, comme en témoigne l’épée posée à gauche, dont la forme crucifère renvoie également au martyr.

La couleur rougeâtre du tableau est liée à sa principale caractéristique : il s’agit d’un modello, c’est-à-dire une étude préparatoire destinée à préparer la version finale. Ce travail non-achevé n’a pas pour vocation de quitter l’atelier et le peintre a utilisé une couche de pigment assez fine laissant paraître à de nombreux endroits la sous couche préparatoire de couleur rouge. La version définitive du tableau peinte par Paul Véronèse en personne se trouve aujourd’hui dans l’église Saint-Euphémie de la ville de Brescia en Italie.

Pour découvrir ce tableau dans son intégralité, rendez-vous au musée en salle vénitienne !

Le programme 2023 se dévoile…

L’année 2022 a permis de renouer avec une ouverture régulière du musée après deux années entrecoupées de confinements. Ce fut l’occasion de vous proposer un programme riche d’expositions, de conférences, d’ateliers !

L’équipe du musée continue sur sa lancée en 2023 en donnant carte blanche à des artistes d’aujourd’hui pour investir ses collections et porter un regard neuf sur ses oeuvres-phares.
Les restaurations du musée seront également à l’honneur, avec une grande après-midi consacrée à la chasse de Louis XIV, majestueux tableau restauré durant l’année 2022.
Les familles ne seront pas oubliées également, avec notre traditionnelle chasse aux lapins de Pâques et des animations musicales !

Vous pouvez télécharger le programme en cliquant sur l’image ci-dessous :