Détail du mois d’avril : les lapins de sainte Catherine

Ce détail provient d’un panneau intitulé le « Mariage mystique de sainte Catherine », peint par Girolamo da Santa Croce (Santacroce, 1480 – Venise 1556).

Peintre du XVIe siècle, Girolamo fut un élève de Giovanni Bellini par lequel il acquit la maitrise du style Renaissance. S’il travailla principalement dans et autour de Venise, on trouve également trace de son œuvre en Dalmatie, notamment un retable situé à l’église paroissiale de Blato (Croatie).

Le détail choisi ici est un couple de lapins. C’est un symbole plutôt ambivalent même s’il est courant de voir un lapin blanc représenté près de la Vierge, car c’est un des symboles de pureté mariale. La proximité d’un autre animal suggère la fécondité, le lapin étant très prolifique. Le lapin blanc est aussi considéré comme apte à se reproduire seul sans fornication, à l’image de la Vierge et personnifie la victoire de la pureté sur la passion.

La symbolique du lapin est néanmoins plus ancienne, il est par exemple un des emblèmes de Vénus, et on l’associe à la lascivité et la libération des instincts. On retrouve des lapins sur certaines représentations chrétiennes pour symboliser le combat des Saints contre la tentation charnelle.

De manière plus légère, le lapin est bien sûr un représentant de la fête de Pâques, et le musée vous convie à venir découvrir ces lapins et quelques autres lors de l’animation « Les lapins de Pâques envahissent le musée » pour remporter des chocolats le weekend du 20, 21 et 22 avril !

Détail du mois de novembre : Mariage Mystique de sainte Catherine de Biagio Pupini

Le détail du mois de novembre provient du Mariage Mystique de sainte Catherine de Biagio Pupini, dit Biagio delle Lame, un peintre actif à Bologne vraisemblablement entre 1511 et 1575.

Le détail choisi sur le tableau se focalise sur le visage de sainte Catherine d’Alexandrie, au moment de son mariage mystique avec le Christ, puisque Catherine a déclaré qu’elle lui était destinée. Il s’agit d’une élévation spirituelle, qui atteint une forme d’union avec le Christ assimilable à un mariage. Celui-ci est symbolisé par l’anneau que la main de Jésus lui présente. Catherine était issue d’une famille noble de la ville d’Alexandrie, comme en témoigne sa parure de perle fines ici présentée. Elle fut condamnée à mort par l’Empereur Maxence car elle refusait de l’épouser, fidèle à sa foi. Le profil très pur et la finesse des mains témoignent de la beauté de la jeune femme telle que la décrive les hagiographes.

Pour découvrir l’ensemble de l’œuvre, peut-être à l‘occasion de sa fête le dimanche 25 novembre, venez la voir au musée Jeanne d’Aboville !