SALLE VÉNITIENNE

La partie italienne de la collection a longtemps végété dans l’ombre des peintures nordiques plus renommées, mais plusieurs restaurations ont permis de mettre en avant des pièces importantes de la Collection en provenance de la péninsule, en particulier sa partie septentrionale. L’école vénitienne s’y affirme avec faste, la grande Annonciation de Simone Peterzano en montre une mise en scène théâtrale dans le sillage du Titien, tout en offrant une image plus apaisée des protagonistes.

Annonciation de Simone Peterzano

Une autre toile vénitienne est un exemple intéressant de l’intense production des grands ateliers vénitiens : il s’agit d’un modelo, un modèle d’atelier, de Carlo Caliari, fils du grand Véronèse. Représentant le martyr de Sainte Afre, il témoigne du sens de la composition des peintres de la Contre-Réforme qui, par des jeux de lignes en opposition, créent la dramaturgie imprégnant la scène.

Sainte Afre de Carlo Caliari

Une intéressante huile sur cuivre de Carlo Saraceni intitulée le Bon Samaritain vient compléter les exemples vénitiens mais en apportant des influences extérieures : le style sensible et poétique du paysage hérité de l’étude des maîtres hollandais tel Jacob Pynas, répond au goût des jeux de couleurs qu’il a expérimenté lors de voyages à Rome.

Le Bon Samaritain de Carlo Saraceni

L’école florentine n’est pas en reste au musée avec une majestueuse Allégorie de la Charité produite dans les ateliers de Francesco Salviati, proche de l’original du Maître. Cette production maniériste exploite l’héritage de la Renaissance classique en introduisant en plus des lignes serpentines et des couleurs plus acides.

Allégorie de la Charité, atelier de Salviati