Vanité de Coenraet van Roepel

Coenraet Roepel naît à La Haye en 1678. En 1695, il entre comme élève dans l’atelier de Constantin Netscher (La Haye, 1668 – La Haye, 1723), puis poursuit son apprentissage à l’Académie de dessin de 1698 à 1699. En 1711, toujours à La Haye, il rejoint la guilde de Saint-Luc. Il ne quittera sa ville natale que pour un voyage à Düsseldorf en 1716, où il se rendra à la cour de l’électeur palatin Jean-Guillaume de Neubourg-Wittelsbach (1656-1716). Il sera le maître de Pieter Terwesten (La Haye, 1714 – La Haye, 1798), futur secrétaire de l’Académie de dessin de La Haye. Roepel est un peintre spécialiste de natures mortes et principalement de fleurs. Il a aussi peint des tableaux de fruits et quelques vues de sous-bois.
Le tableau de La Fère se distingue de ces deux courants hollandais représentant le microcosme du sous-bois. En effet, la composition est ici centrée sur un nombre restreint de motifs : à même la terre, seuls quelques pieds de tulipes flammes dans les vestiges d’un vase antique, une lampe à huile tout juste éteinte et un crâne recouvert de lierre. Ici plus d’insectes ni de reptiles, de plantes naturelles poussant de manière anarchique, et plus de mousses. De même, le cadrage choisi par l’artiste semble à la fois plus large et épuré, donnant une dimension « abstraite » au tableau.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *